Paris - Roubaix Challenge 02-10-21

Ecrit par Alan Jacob 20 oct. 2021 0
post_03

Plus de 3 semaines après les "faits", je profite d'une soirée de Champions League un peu "ennuyeuse" pour faire le petit compte-rendu de notre périple dans le Nord, sur les mythiques pavés de Paris-Roubaix !

Initialement, cette course est prévue en avril, mais suite au Covid, modification de calendrier etc., elle avait lieu en octobre cette année. Ce qui nous promettais une météo… pas au top.

Finalement, contrairement aux pros, nous avons eu de la chance ! Parcours certes humide, mais pas de pluie pour nous hormis la toute fin de parcours, et encore, quelques gouttes ! 

Rdv à 08h00 à côté du Vélodrome pour le départ. Notre plaque est vite récupérée, le mécanisme est bien rodé ! Nous partons par vagues de /- 100 cyclos. Nous avons opté, Stéphane et moi-même pour des vélos de type "Gravel", afin de prendre le moins de risques possible pour notre première participation. Avec des pneus de 45, gonflés à 3bar, tout en sachant bien que cela me pénaliserait pour la première partie du parcours, 57km exclusivement de route, et quasi à plat ! 

Nous nous sommes vite retrouvés à prendre le vent pour tout un groupe, et malgré que nous sommes 2-3 fois revenus dans le peloton, nous revenions quasi directement devant, sans doute que nos "compagnons" étaient à l'aise derrière notre "largeur" laugh... Nous roulons qd même assez bien malgré nos pneus larges et peu gonflés, et nous arrivons au premier secteur pavé avec du 29km/h de moyenne. Nous avons passer un premier ravito avec pas mal de monde, ou nous sommes restés 5 minutes, le temps pour mon compère d'engloutir 2-3 gaufres ! cheeky

Ce premier secteur pavé… Et non le moindre ! La fameuse trouée d'Arenberg !

Une ou deux photos au départ de celle-ci, et nous nous y lançons… pour 300 mètres seulement! En effet, malgré notre choix de pneumatique déjà soft, nous choisissons de stopper sur le bas côté… et de dégonfler encore plus ! Nous avions réellement l'impression d'être dans un "mixeur!" 

Mais qu'elle sensation de passer cet endroit, mythique dans le cyclisme, de se dire que le lendemain le peloton passera la dans la foule, à près de 40km/h ! (Nous avons fait péniblement du 20km/h...) 

 

Une fois passé ce premier gros morceau 5* (les difficultés des pavés sont de 1* à 5*, 5 étant les plus longs / plus durs), nous avons qq kilomètres de route (4!) pour récupérer avant les pavés suivants. Pavés de Wallers, Hornaing, Warlaing, Tilloy, Beuvry… Cela s'enchaine et nous sommes toujours autant secoués ! Certaines portions passent encore, mais d'autres sont à peine praticables avec de la boue, des pavés manquants et j'en passe !

Arrivée au deuxième ravitaillement, on y reste un peu plus longtemps, mais en même temps, nous savons que nous ne devons pas trop traîner non plus, car nous devons rentrer avant 15h30 à Roubaix, sans quoi nous ne pourrons pas finir notre challenge sur le vélodrome ! En effet, le premier Paris-Roubaix féminin à pris son départ derrière nous, et elles ne vont pas se stopper pour nous angry

Pas de temps de réfléchir, on sort du ravito, retour sur les sections pavées ! Orchies, Auchy, Capelle, Bersée… et Mons-en-Pevele, deuxième secteur 5*. Celui-là m'a vraiment fait mal, long, usant, totalement irrégulier, boueux… Et aussi avec pas mal de monde, donc un peu bloqué par endroit. Stéphane lui, totalement à l'aise, passe tous les secteurs en puissance, je me demande même s'il sent des pavés sous ses roues! laugh

2 secteurs pavés plus loin, nouveau ravito. La, on commence à voir d'autres cyclos… Ou plutôt les mêmes, mais déjà bien "marqués" par les 112 km de course avalée. Les secouristes sont au petits soins pour les nombreuses cloches / ampoule infligées par les pavés, les mécanos de l'organisation sont débordés ainsi que les équipes Shimano, nombreuses sur le parcours et très réactives ! 

La on se dit, allez, plus que 33km, ca va rouler… Oui… et non ! :) 

On redémarre, on enchaine 2-3 secteurs pas trop compliqué, et nous arrivons à l'autre mythe de cette course, le "Carrefour de l'Arbre", long et sinueux ! Il me fait clairement mal, et Steph m'attends au bout, toujours aussi frais. Quand on est une machine, ca passe tout seul yes!

Passé cela, il ne reste que 2-3 secteurs relativement simples par rapport au reste, et surtout "galvanisés" par cette arrivée de plus en plus proche, qui nous donne envie de pousser encore un peu plus!

L'arrivée sur le vélodrome… quel moment ! Marie et Elisa, nos fidèles supportrices sont la pour immortaliser cela, elles qui nous avaient déjà attendus sur la route après le secteur de Beuvry, merci à elle ! 

Impressionnant ce vélodrome, on imagine à peine ce que doivent ressentir les pros lors de leur entrée avec la foule qui gronde ! Soit-dit en passant: dans les tournants de ce truc, cela penche qd même TRES fort !surprise

Fin de cette belle aventure, que j'ai, personnellement, trouvé plus dure que Liège-Bastogne-Liège (alors que pourtant je n'aime pas le D ) en 05h22, tout en gardant un bon 27 km/h de moyenne. Merci Steph pour l'accompagnement !

Une fois fini, en bons Belges, qq petites bières et une bonne frite, pour terminer à voir l'arrivée des Dames dans une belle ambiance !

Nous resterons sur place la nuit pour suivre la course et l'arrivée des pros au vélodrome, mais ca, c'est encore une autre histoire...wink

On remet cela, avec plus de monde encore ? … wink

Copyright © ALGaume 2022

Privacy Policy, Terms & Conditions